Actualités

Parachat Vaét’hanane : se préparer à entrer en Erets Israël



QUEL EST LE SUJET DE NOTRE PARACHA VAÉT'HANANE ?

Le récit du passé se poursuit. Moché exhorte ses frères à la fidélité envers Hachem qui leur a procuré tous les biens, matériels et spirituels. Il les invite à prendre garde aux dangers qui les guetteront tout le long de leur histoire. C'est le rappel des journées inoubliables du Sinaï, de la voix puissante, des flammes et du tonnerre du Décalogue. Cette récapitulation se termine par l'ordre de ne tolérer en pays juif aucune trace d'un culte païen et de ses idoles, mais de consacrer le pays entier au pur service de D.

Source : La Torah Commentée

 



Dans son commentaire sur les dix commandements Rav Sa'adia Gaon (9e siècle), clarifie l'importance du 5e commandement des Tables de la Loi.

"Et gardez-vous bien de transgresser le précepte de la piété filiale que je vous ai imposée ; car l’honneur de vos parents doit être identique au mien ; leur vénération semblable à la mienne ; leur obéissance égale à celle qui m’est due. Sache, ô fils de l’homme ! Que nous nous sommes associés à trois pour te former : Moi l’Éternel, ton père et ta mère.

Tu dois à ton père ces dix organes : les os, les nerfs, la moelle épinière, le blanc des yeux, l’encéphale, les ongles, les dents canines, les molaires, les intestins et la graisse.

De ta mère tu tiens les dix suivants : la chair, le sang, les poumons, le cœur, le foie, le fiel, la rate, le noir des yeux, le coloris rouge des lèvres et les cheveux. Et de Moi, l’Etre Suprême, tu as reçu la vie, l’âme, l’intelligence, la sagesse, la parole, la vue, la force, l’odorat, le contentement et les biens. Puisque J’ai fait participer tes parents à ta création, ô mon fils, ne les contredis pas, que leurs propos soient justes ou erronés ; ne t’assieds pas à leur place, ni en leur présence, ni en leur absence ; car j’ai assimilé leur honneur, leur obéissance et leur vénération aux miens. Ne les regarde donc pas d’un œil défavorable ; accomplis leurs désirs ; ajoute foi à leurs paroles ; écoute docilement leurs remontrances et garde-toi de les offenser.

Je t’ai ordonné de respecter tes parents en raison des vingt organes de ton corps à la formation desquels ils ont contribué. Demeure auprès d’eux et lève-toi devant eux ; livre-toi, s’il le faut, à un travail servile, afin de pourvoir à leur entretien. Ne te permets pas de témoigner contre eux et accepte volontiers leur témoignage contre toi.

Respecter ses parents

Les dix Commandements que je t’ai prescrits, c’est-à- dire : la reconnaissance de ma Divinité, la défense d’adorer les idoles, de faire un parjure, de profaner le jour du Chabbat, de tuer, de commettre un adultère, de voler, de porter un faux témoignage, de convoiter le bien d’autrui, de ces dix Commandements, celui de la piété filiale (honorer son père et sa mère) est le plus important.

Le sage Salomon, fils de David (que la paix soit sur lui !) a dit: « Tout enfant qui ne respecte pas ses parents et qui les méprise, puissent ses yeux être arrachés par les aigles et dévorés par les oiseaux de proie. »

Ô mon fils, dit encore ce sage, vénère tes parents de toutes tes forces et empresse-toi d’accomplir leurs ordres ; par cela tu t’assureras une longue et heureuse vie. Et tel que tu t’es comporté envers ceux qui t’ont mis au monde, telle sera la conduite de tes enfants à ton égard.

En honorant tes parents, tes jours se prolongeront sur la terre que l’Éternel, ton D.ieu t’accordera''.

(Adapté à partir de la traduction du grand Rabbin Morali zatsal)




PEUT-ON S’ACQUITTER DE LA MITSVA D’ALLUMER LES BOUGIES PAR UN ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE ?

ampouleEn cas de nécessité, on peut accomplir cette mitsva, assortie de sa bénédiction, par l’allumage d’une ampoule électrique, car celle-ci est comparable à une bougie : le filament métallique qui brûle serait la mèche et le courant électrique serait l’huile.

Certains estiment que l’on ne s’acquitte pas de son obligation par un allumage électrique car, dans une bougie classique, la matière combustible est en contact immédiat avec la mèche, ce qui n’est pas le cas dans une ampoule électrique. Cependant, une nette majorité de décisionnaires sont d’avis que l’on peut accomplir la mitsva, et réciter la bénédiction, en allumant une ampoule électrique. En effet, il est convenu dans la halakha, que la lumière électrique est assimilée au feu, et quiconque allume une lumière électrique pendant Chabbat transgresse ainsi l’interdit toraïque de faire du feu (hav’ara).

Quoi qu’il en soit, il reste préférable d’accomplir la mitsva en allumant des bougies, afin d’être quitte d’après tous les avis. De plus, quand on allume des bougies, il est plus manifeste qu’il s’agit d’un allumage spécial, effectué en l’honneur du Chabbat.

 

D’après le Midrach, Pniné Halakha

  

Faire un don


Partagez avec vos amis :
Découvrez Plus d'articles “Actualités”